Rechercher

Comment je parle de la mort avec mes enfants.

Dernière mise à jour : janv. 6

Loin de moi l'idée de vous donner des leçons car je ne suis pas à votre place et chacun a son propre vécu alors je vous parlerai ici de ma propre expérience. Libre à vous de vous en inspirer ou non.


La mort s'est invitée dans notre famille à cinq reprises en cinq mois, entre octobre 2017 et février 2018! Chaque mois a été marqué par la mort!

Mon ex-conjoint et moi, ainsi que nos mères, avons chacun perdu notre père à tour de rôle! A cela s'est ajouté la perte de l'animal de compagnie de mon fils.

Lorsque mon père est mort, je pleurais à longueur de journée et de nuit. Alors que j'étais en train d'habiller mon fils Jersey, alors âgé d'1 an et demi, il a incliné sa tête, comme pour chercher à comprendre ce qu'il m'arrivait. Il n'avait pas de mot pour me poser la question, mais j'ai senti qu'il était triste pour moi. Son regard me demandait "Pourquoi tu pleures, maman?" Les larmes aux yeux et la gorge nouée, je lui ai répondu : "Je suis triste parce que Grandad* est mort."

*papy en anglais


Lorsque nous étions à table aussi je pleurais. J'étais désolée de plomber l'ambiance mais mon mari et mon fils aîné, Dimitri, alors âgé de 13 ans, me comprenaient.

Lorsqu'il a fallu s'organiser pour partir en Angleterre pour l'enterrement de mon père (qui était anglais et est mort là-bas), j'ai laissé le choix à Dimitri de venir ou non. Il me paraissait important de ne pas lui interdire, ni de l'y obliger. Nous en avons discuté. Il venait déjà de perdre son grand-père paternel et son lapin et devait être présent pour passer les épreuves du Brevet Blanc. Il a donc décidé de ne pas se rendre aux funérailles de son grand-père maternel. Alors, je lui ai dit : "Surtout, ne regrette jamais cette décision. Tu l'as prise à un moment précis de ta vie, avec ce que tu es et ce que tu as aujourd'hui. Tu penses que c'est ce que tu as de mieux à faire, alors même si plus tard tu y repenses, dans un autre contexte, en sachant de nouvelles choses, ne regrette pas ta décision d'aujourd'hui."


Plus tard, devenue conseillère funéraire, Jersey, alors âgé de 3 ans, avait déjà eu l'occasion de se rendre sur le lieu de travail de son père. Il me demande un jour quel est mon métier. Comment expliquer ça à un si jeune enfant?! ..."J'aide les gens à dire au revoir à ceux qui sont morts."


Un jour, en passant devant un cimetière, Jersey me demande ce que c'est. Je lui explique que c'est l'endroit où on enterre les morts. Il sait que son grand-père est enterré, en Angleterre. Et à chaque fois qu'on passe devant un cimetière, il m'en définit la fonction. Jusqu'au jour où sa curiosité a voulu en savoir plus...Il m'a demandé d'aller en visiter un. Alors, un après-midi, plus tôt qu'une sortie au square...nous sommes allés dans ce lieu où reposent les défunts. A cet âge, on est innocent et on ne juge pas, on ne se dit pas c'est génial ou c'est horrible, c'est triste ou quelqu'autre adjectif... à moins que les grands vous le fassent comprendre!...Il voulait juste savoir, apprendre.


Quelques mois plus tard, mon mari couche notre fils qui l'interroge : Papa, quand on sera mort tous les deux, est-ce qu'on pourra être à côté?" Nous avons été surpris par cette question mais encore une fois, pour un enfant, la mort est un sujet comme un autre.


Jersey me parle souvent de son grand-père et du coup, je lui montre des photos, des vidéos. Je lui ai expliqué que quand quelqu'un est mort, il ne peut plus bouger, danser, courir, faire le "foufou"... et on ne peut plus lui faire de câlin, ni jouer avec lui. C'est pour ça qu'il faut profiter de le faire tant que les personnes sont vivantes.


Il y a quelques jours, nous jouions tous les deux et d'un seul coup, il me demande : "Là maman, t'es en train de profiter de moi parce que je suis vivant?" J'ai trouvé ça très mignon et ça m'a fait sourire. J'ai l'impression de lui avoir transmis un joli message...moi qui suis une accroc du téléphone! J'espère qu'il saura profiter des moments qu'il passe, conscient de l'instant présent.


Dimitri, est suffisamment mature pour que, d'une part, je lui raconte mon parcours de créatrice d'entreprise dans le domaine du funéraire, et d'autre part comprendre l'importance de parler de nos émotions face au deuil et même de manière générale dans la vie.


Je me suis récemment procuré le livre "La mort expliquée aux enfants mais aussi aux adultes", du Dr. Jean-Jacques CHARBONIER...Je le recommande!




Sandra ROLLAND,

Consultante Funéraire,

Fondatrice de Mes Funérailles, Naturellement






159 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout